Aimer

Aimer, c’est un jeu si subtil quand on se connaît à peine, soi-même…
Marie-Claire Blais

La douleur des autres

Si nous pouvions, ne serait-ce qu’une fois par jour, regarder clairement la douleur des autres, la petitesse de nos propres affaires prendrait la forme d’un tas de brindilles posé sur un banc de pierres grises dans un jardin d’automne.
Philippe Labro

Après un échec

Après un échec, tout n’est pas fini. C’est un cycle qui commence en beauté.

Charles Baudelaire

Les fruits défendus

La propension du cœur humain à être contrariant est telle, depuis Eve, que notre nature de pécheurs nous pousse à préférer naturellement les fruits défendus.
Elizabeth Gaskell

Ton passé

Je veux partager ton passé, donne ta main qu’on y descende.

Louis Aragon

Appréhension

Mieux vaut une fausse appréhension qu’une fausse joie.
André Duval

Le syndrôme de la page blanche

Les deux ailes de notre âme

Art et poésie, voilà les deux ailes de notre âme. Que la note soit terrible ou délicieuse, elle éveille l’instinct sublime engourdi qui s’ignore, ou le renouvelle quand elle le trouve épuisé par la fatigue et la tristesse.
George Sand

Souffrir

Nous avons tous la prétention de souffrir beaucoup plus que les autres.
Honoré de Balzac

Parmi les étoiles admirées

Parmi les étoiles admirées, mouillées
par des fleuves différents et par la rosée,
j’ai seulement choisi l’étoile que j’aimais
et depuis ce temps-là je dors avec la nuit.

Parmi les vagues, une vague, une autre vague,
vague de verte mer, branche verte, froid vert,
j’ai seulement choisi l’unique et seule vague
et c’est la vague indivisible de ton corps.

Vers moi toutes les gouttes, toutes les racines
et tous les fils de la lumière sont venus,
que ce soit aube ou crépuscule ils sont venus.

Je n’ai voulu que ta chevelure pour moi.
Et de toutes les offrandes de la patrie
je n’ai choisi que celle de ton coeur sauvage.
Pablo Neruda