Imprévus

Le vagabond va à l’aventure car il veut que chaque jour soit un jaillissement d’imprévus. Quelque chose doit le mettre sans cesse sur les bords de l’abîme. Dans la tension de l’effort, il trouve la paix intérieure, se débarrasse de toute fausseté, revient à l’élémentaire, et devient capable de pleurer de joie devant un filet…Continue reading Imprévus

L’amour

J’ignore ce qu’est la réussite d’une histoire d’amour, mais je sais ceci : il n’y a pas d’échec amoureux. C’est une contradiction dans les termes. Éprouver l’amour est déjà un tel triomphe que l’on pourrait se demander pourquoi l’on veut davantage. Amélie Nothomb

Cette naissance

J’éprouve la lassitude fière d’être née, d’être arrivée à bout de cette naissance. Avant moi, il n’y avait rien à ma place. Maintenant, il y a moi à la place de rien. C’est une succession difficile. Marguerite Duras

Cette tristesse

Les choses les plus belles sont toujours tristes, mais quand ce sont les artistes qui le disent, cela nous rend heureux. Cette tristesse n’est plus absurde: elle est belle. La beauté a un sens. Philippe Delerm

La vie

Quand la vie ne tient qu’à un fil, c’est fou le prix du fil ! Daniel Pennac

Deux désirs

Quand soudain deux désirs rient ensemble, les étoiles frémissent et l’air s’embrase et s’illumine pour laisser plus d’espace à la vie. Jacques Salomé

Les mots

J’allais apprendre plus tard qu’il ne faut pas chercher pour trouver; tout le monde répète à longueur de temps cet adage absurde, et pourtant il est vrai. J’allais comprendre aussi, et de manière plus surprenante, qu’il était de même pour le roman. Il ne fallait pas forcément courir après des idées, s’acharner sur des brouillons,…Continue reading Les mots

Une voix

Ecrire de la poésie, n’était-ce pas une transaction secrète, une voix répondant à une autre voix ? Virginia Woolf

La solitude

Mystère des mécanismes spirituels, des visages sautent à la mémoire. La solitude est une patrie peuplée du souvenir des autres. Y penser console de l’absence. Sylvain Tesson

Le monde

Ils avaient traversé les années en apnée, lui, refusant le monde, elle, se sentant refusée par le monde, et ils s’étaient aperçus que cela ne faisait pas beaucoup de différence. Paolo Giordano