Ecrire

Parfois je me demande si c’est par radinerie aussi que j’écris. Pour que rien ne se perde. Pour recycler, rentabiliser tout ce qui m’arrive. Pour amasser mon passé, le constituer en réserve sonnante et trébuchante. […] et aussi parce que ça ne coûte rien. Parce qu’on peut écrire n’importe où et que c’est gratuit. Parce […]

Les vrais livres

Les vrais livres doivent être les enfants non du grand jour et de la causerie, mais de l’obscurité et du silence.  Marcel Proust

La vie

La vie, ce n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est d’apprendre à danser sous la pluie. SÉNÈQUE

A l’aube

A l’aube, les mots de courbent. Une pause s’impose après la lucidité déchirante d’une nuit. Didier Celiset

Elan du corps

Vêtu des mots; passion, amour, ou coup de foudre… le moindre élan du corps se prend pour le destin. Gilles Vigneault

Sur son corps de femme

Baiser, embrasser, faire l’amour, j’avais compris aimer moi. Je ne savais pas que les femmes étaient terrain à défricher, herbe brousse à traverser, pissenlit fleurissant or puis duvet, envol quand l’homme respire sur son corps de femme. Emma Santos

Goût à la vie

Je prends goût à la vie qui est désormais mienne. Sous la pluie, il faudrait aussi pouvoir courir entièrement nue. Se défaire des liens, des regrets, des nostalgies qui poussent comme du chiendent. Il faudrait aussi pouvoir briser d’un entrechat l’armure qui nous contient. Anne Terral

Ma jeunesse

Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage, Traversé çà et là par de brillants soleils ; Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage, Qu’il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils. Charles Baudelaire

Ecrire

Peut-être qu’écrire, comme tout acte de création, n’est rien d’autre que de marcher dans un tremblement de terre, le sol ouvert sous les pieds, d’avancer dans les décombres, dans le dévasté, dans le feu et le bruit. C’est convoquer la mémoire des morts, appeler sur nous des lambeaux de notre histoire et de l’histoire de […]

Je m’invente

Je m’invente des ancres pour rester amarrée à la vie, pour ne pas être emportée par le vent mauvais, je m’invente des poids pour tenir au sol et ne pas m’envoler, pour ne pas fondre, me dissoudre, me perdre. Gaëlle Josse