Lire sur le visage

Nous passons notre vie à lire sur le visage des autres sans posséder jamais le code de cette écriture. Daniel Pennac

Mes premières patries

Le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté, pour la première fois, un coup d’œil intelligent sur soi-même ; mes premières patries ont été les livres. Marguerite Yourcenar

Les mots

Les mots, ce sont des boîtes qui servent à ranger les pensées, pour mieux les présenter aux autres et leur faire l’article. Marie-Sabine Roger

Le va-et-vient temporel

Mais j’anticipe quelque peu : on aura déjà constaté cette habitude et on me l’aura déjà pardonnée. J’accepterais même qu’on la qualifiât de manie. Ou de tic. En revanche, si on parlait de cette procédure comme d’un truc rhétorique, je ne serais pas d’accord. Parce que cette façon d’écrire dans le va-et-vient temporel, entre anticipations […]

Croire au soleil

Je peux bien dire qu’il fait beau Même s’il pleut sur mon visage Croire au soleil quand tombe l’eau. Louis Aragon

La parole

La parole éblouit et trompe, parce qu’elle est mimėe par le visage, parce qu’on la voit sortir des lèvres et que les lèvres plaisent, et que les mots séduisent. Mais les mots noirs sur le papier blanc, c’est l’âme toute nue. Guy de Maupassant

L’amour

L’amour lui-même n’était-il pas une espèce de légende des âmes, à laquelle les uns croient par instinct, à laquelle les autres, à force d’y songer, finissent par croire aussi quelquefois ? Guy de Maupassant

Deux êtres

Deux êtres se croisent parce qu’ils ne peuvent s’éviter ce sont les empreintes qui s’interpellent le regard est le prolongement de la destinée l’illusion d’un instant d’immortalité Alain Mabanckou

L’intelligence

Bien sûr, il y a des gens qui auront lu Freud, Platon, qui sauront jongler avec les quarks et faire la différence entre un faucon pèlerin et une crécerelle, et qui seront des imbéciles. Néanmoins, potentiellement, en étant en contact avec une multitude de stimulations et en laissant son esprit fréquenter une atmosphère enrichissante, l’intelligence […]

Notre corps

…) à se demander si le temps existe réellement, s’il n’est pas une invention de l’être humain, une invention de la pensée, la seule chose qui existe c’est nous, nous dont le corps n’arrête pas de se modifier, de se transformer, comme une oeuvre plastique vivante, unique, à l’évolution imprévisible, c’est ça la réalité, c’est […]