Fin d’histoire d’amour

J’étais dans une apesanteur de fin d’histoire d’amour, la brusque suspension des sentiments, une sorte de vertige que donnent le détachement, la distance, une appréhension différente du temps. Michèle Lesbre

Ces écrits

J’aime cette idée qu’ils ont mûri pendant la nuit ces écrits, comme une pâte à pain que l’on a laissé lever et que l’on retrouve au petit matin bien gonflée et odorante. Jean-Paul Didierlaurent

Avec les souvenirs

Avec les souvenirs, on a le choix. Soit on les ignore et on s’empare de chaque journée comme si elle était nouvelle, soit on les ressort un à un, on les regarde en face et on les identifie. .. On va fouiller dans l’obscur pour trouver la clarté. Katherine Pancol

La légèreté

La légèreté, elle est partout, dans l’insolente fraîcheur des pluies d’été, sur les ailes d’un livre abandonné au bas d’un lit, dans la rumeur des cloches d’un monastère à l’heure des offices, une rumeur enfantine et vibrante, dans un prénom mille et mille fois murmuré comme on mâche un brin d’herbe, dans la fée d’une […]

Que propose la littérature ?

La littérature m’apparaît de plus en plus comme une maladie, un virus étrange qui vous sépare des autres et vous pousse à accomplir des choses insensées (comme de s’enfermer pendant des heures avec du papier au lieu de faire l’amour avec des êtres à la peau douce). Il y a là un mystère que je […]

Retour vers des sources

Mauvaises herbes, mauvaises pensées : elles ravagent obscurément, elles apparaissent périlleuses, d’une insidieuse stérilité. Entendez par là : indésirables, inconvenantes, subversives, contraires à l’ordre établi, à la culture autorisée. De mauvaise graine, elles ne conduisent qu’à nous marginaliser. Pourtant, dans l’impasse où nous sommes, dans l’étiage même de l’existence et la stagnation du temps, ne […]

Les Ombres errantes

Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d’ombreux et d’invisible, sans mémoire de l’animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n’y a pas de joie. Pascal Quignard

Ce miroir critique

Longtemps j’ai pris ma plume pour une épée, à présent je connais notre impuissance. N’importe : je fais, je ferais des livres ; il en faut ; cela sert tout de même. La culture ne sauve rien ni personne, elle ne justifie pas. Mais c’est un produit de l’homme : il s’y projette, s’y reconnaît […]

Nul ne guérit de son enfance

Sans que je puisse m’en défaire Le temps met ses jambes à mon cou Le temps qui part en marche arrière Me fait sauter sur ses genoux Mes parents l’été les vacances Mes frères et sœurs faisant les fous J’ai dans la bouche l’innocence Des confitures du mois d’août Nul ne guérit de son enfance […]

L’enfance

On ne s’arrache pas de l’enfance, qu’elle ait été heureuse ou malheureuse ; les origines frappent le subconscient comme on le dit d’une médaille. Louis Nucera