Mélancolie

Une aube affaiblie Verse par les champs La mélancolie Des soleils couchants. La mélancolie Berce de doux chants Mon coeur qui s’oublie Aux soleils couchants. Et d’étranges rêves, Comme des soleils Couchants sur les grèves, Fantômes vermeils,  Défilent sans trêves, Défilent, pareils A de grands soleils Couchants sur les grèves. Paul Verlaine

Le poème

Le poème est une délicatesse de la langue envers elle-même ; il est un délicat toucher des ressources de la langue.   Alain Badiou

Paysage

Je veux, pour composer chastement mes églogues, Coucher auprès du ciel, comme les astrologues, Et, voisin des clochers, écouter en rêvant Leurs hymnes solennels emportés par le vent. Les deux mains au menton, du haut de ma mansarde, Je verrai l’atelier qui chante et qui bavarde; Les tuyaux, les clochers, ces mâts de la cité, […]

La blessure des mots

Pressez-vous de m’aimer. J’avais froid tout à l’heure.   Le vent du soir gémit comme enfant glacé.   D’infatigables maux pleuvent sur ma demeure,   Et mes élans d’hier ont pour toujours cessé.   Car hier est si loin…si loin que, terrassé,   Je sens de toutes parts le néant qui m’effleure ;   Le […]