Pour supporter

J’écris sans blesser, sans pudeur. J’écris pour supporter son absence et ce silence virulent. J’écris pour supporter la déchirure de l’opacité…

Didier

Laisser un commentaire