Je la connais si bien

Elle n’est pas trés loin et si loin pourtant… parfois dans mes nuits, ses lèvres se posent, timides, sur mes blessures, ma main caresse ses cheveux avant d’emprunter les invisibles allées de son corps pour découvrir la douceur cerclée de chaleur de sa peau…
Didier

Laisser un commentaire