Un jardin

Un jardin… et tout ressurgit, une nappe d’enfance tissée des premières affres
Didier

2 commentaires sur “Un jardin

  1. Ne restons nous pas d’éternels enfants Didier? nous séchions nos larmes avec un bonbon et,maintenant nous jouons aux grands…jamais ne tuer l’enfant qui restera éternellement en nous. Gardons le toujours dans notre esprit ,notre coeur c’est quelque part ne pas s’ aigrir comme un mauvais vin en vain,inutilement…moi,je ne veux pas grandir 🙂

  2. Merci Marguerite pour cette belle réflexion. En ce qui me concerne, je fus un enfant timide, donc à part, isolé, subissant les moqueries des autres enfants. Cette déchirure de l’enfance est un tatouage à vie, mais mon enfance fut belle aussi, avec des rêves…aujourd’hui, sur scène, au théâtre, l’enfant reste en moi, blessé, seul, et je vais le chercher pour en tirer une revanche, ma revanche sous les projecteurs, où j’affronte le public, pour le séduire. Didier

Laisser un commentaire