Michèle

Et nous au lycée, le temps du Bac… après, l’amour nous surprend, nous envahit… et une nuit, tu roules dans Paris, brouillard de larmes…puis nos chemins se séparent… trente cinq ans plus tard, il nous reste cette mélodie de Toto Cutugno, la nostalgie pour toujours…

DIdier Celiset

Laisser un commentaire