Écrire, c’est se fourvoyer deux fois.

0 commentaire sur “Écrire, c’est se fourvoyer deux fois.

  1. “il est bien plus difficile de vivre que de se voir vivre. Car les mots entrent en jeu. Écrire c’est poser un écran, un bouclier, superposé à un autre.”
    La vie est comme un jeu d’échec, il n’y a que trois possibilités d’action :
    éliminer l’autre, se protéger derrière un écran ou fuir ailleurs.
    L’écriture elle nous offre une quatrième solution :
    Sortir sa gomme (fonction erase) et repartir à zéro, feuille à nouveau vierge, comme si de rien n’était, ni vu ni connu. Dans la vie, on ne peut rien effacer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.