Certaines larmes

Certaines fois, certaines larmes servent à amorcer toutes les autres. J’ai beaucoup pleuré. J’ai tout pleuré. Tout ce que je n’aimais pas chez moi, les bêtises inavouées que j’avais commises jusque-là et tout ce que j’avais perdu en cours de route depuis que j’étais en âge de comprendre que certaines choses se perdaient à jamais.

J’ai pleuré de la place de l’Etoile à la place de Clichy.
J’ai pleuré tout Paris. J’ai pleuré toute ma vie.
Anna Gavalda

Laisser un commentaire