Eve

Depuis la nuit des temps, on nous bassine les oreilles avec les clichés du mâle dominateur, du territoire à conquérir, de la nourriture à ramener au nid pour les oisillons affamés ; vêtu d’une peau de bête ou d’un costume cravate, l’éternel Adam armé de son pénis fait tourner l’univers.
ça, c’est pour la vitrine. Pousse la porte, viens voir l’intérieur de la boutique et tu découvriras qu’il y a toujours une Eve pour faire trimer l’Adam, ou pour le retarder dans sa quête formidable.
Le coup de la pomme, ce n’est pas la faute d’Eve : Adam aurait pu refuser. Mais ce n’est pas vrai, ça ne se passe jamais comme ça, on voudrait dire non et rester raisonnable mais il y a toujours une excuse : on ne veut pas faire de peine, on se dit qu’on parviendra à éviter l’inévitable, tout ça parce qu’au bout du compte, avouons-le, nous, les mâles de l’équipe, on aime bien qu’on nous aime. C’est vrai, au fond, c’est ça le vrai levier du monde. Ce n’est pas pour faire le malin qu’on loupe le Graal ou qu’on bousille le jardin d’Eden, c’est pour sentir encore le petit frisson qui traverse le dos quand on sent qu’on est important pour quelqu’un.
Nicolas Ancion (Quatrième étage, roman)

Un commentaire sur “Eve

Laisser un commentaire