Elsa

Un jour Elsa mes vers monteront à des lèvres
Qui n’auront plus le mal étrange de ce temps
Ils iront éveiller des enfants palpitants
D’apprendre que l’amour n’était pas qu’une fièvre
Qu’il n’est pas vrai que l’âge assurément le vainc
Que jusqu’au bout la vie et l’amour c’est pareil
Qu’il y a des amours noués comme une treille
Tant que la veine est bleue il y coule du vin
Louis Aragon

Laisser un commentaire