Poète !

Tel vous êtes, ô poète que nous admirons ! dans la tempête, vous chantez plus haut que la foudre, et, quand un rayon de soleil vous enivre, vous avez l’exubérante gaieté du printemps. Si tout est gris et morne autour de vous, votre âme se met à l’unisson des heures pâles et lugubres ; mais vous chantez toujours et vous voyez, vous sentez, même sous l’impression accablante du néant, la profondeur des choses cachées sous le silence et l’ombre. Ce mutisme intérieur des coeurs brisés, cette surdité subite de l’esprit fermé à tous les renouvellements du dehors, vous ne les connaissez pas. Cela est heureux pour nous, car votre voix est un événement dans nos destinées, et, quand nous n’entendons plus celle de la nature, vous parlez pour elle et vous nous forcez d’écouter. Il faut donc s’éveiller, et demander à votre immense vitalité un souffle qui nous ranime. Nul n’a le droit d’être indifférent quand votre fanfare retentit. C’est un appel à la vie, à la force, à la croyance, à la reconnaissance que nous devons à l’auteur du beau dans l’univers. Ne pas vous écouter, c’est être ingrat envers lui, car personne ne le connaît et ne le célèbre comme vous.

 George Sand

 

Laisser un commentaire