En équilibre

Nous adaptons en permanence nos sentiments à notre entourage, nous ménageons ceux que nous aimons, nous nous glissons dans les cents petits rôles du quotidien, nous nous tenons en équilibre, nous pesons le pour et le contre pour ne pas mettre en danger la structure à laquelle nous appartenons. Daniel Glattauer

Une vie

Oui, une vie ça ne pèse pas lourd quand on veut la mettre en mots, mais si tu tombes sur un regard compatissant, c’est comme un glacier qui n’en finit pas de fondre. Et alors là, toute ton existence te file entre les mains. Alain Cadéo

Luxe de mon silence

Mes mots déséquilibrés sont le luxe de mon silence. J’écris par pirouettes acrobatiques et aériennes — j’écris à cause de mon profond vouloir parler. Quoique écrire ne me donne que la grande mesure du silence. Clarice Lispector

En poésie

En poésie, les mots sont difficiles à traduire parce que ce qui compte est leur son, ainsi que la volontaire multiplicité de leurs sens, si bien que c’est le choix des mots qui détermine le contenu. Dans le récit, nous sommes dans la situation contraire : c’est l’univers que l’auteur a construit, ce sont les […]

Naissance d’un roman

Elle ne cessait de me poser la question à laquelle aucun écrivain ne peut vraiment répondre, lorsqu’un journaliste ou un lecteur lui demande comment un roman peut naître de rien, de mots, je ne pouvais pas lui expliquer la magie quotidienne de la création, on ne peut pas décrire avec des mots comment et d’où […]

Acte spirituel

Ce qui se passe entre deux personnes qui s’abandonnent totalement l’une à l’autre est au delà de la chair. C’est un acte spirituel. Léonora Miano

La culture

« Maître, quelle est votre conception de la culture ? – A mon sens, la culture est une foire aux vanités. Certaines trouvent acquéreur, d’autres pas. C’est donc essentiellement de l’emballage que dépend la diffusion de la culture. J’ose affirmer que demain la culture se limitera exclusivement à l’emballage, car le contenant est finalement plus culturel […]

Le quotidien

Tout le monde a peur du quotidien comme d’une fatalité qui développe l’ennui, l’habitude. Moi je ne crois pas à cette fatalité, je crois que le quotidien est la source de la complicité, c’est là qu’au contraire de l’habitude on peut y inventer le luxe et le banal, la démesure et le commun. Marc Levy

Le bonheur

A condition de ne regarder ni en arrière, ni en avant, ni dans les coins, c’est ce qu’on appelle le bonheur. Françoise Chandernagor

Les livres crient

Parce qu’elle avait passé sa vie dans les livres, elle ne se forgeait plus d’illusions sur eux, elle savait que les livres mentent, crient, se contredisent ; ils ont la bouche sale, les livres, ils ont trop mangé, trop vomi, trop mâché, trop régurgité, trop baisé, trop étreint. Quand elle entrouvrait un volume, elle en trouvait […]