L’ego

Lacan lui-même reconnaissait qu’une analyse n’a jamais guéri personne. Les bons patients, de toute façon, sont ceux qui ne sont pas trop malades, qui ont de l’argent et un ego important.
Elisabeth Motsch

Laisser un commentaire