Miroir

Au bord de la page blanche, au moment de quitter la rive pour embarquer en écriture, j’ai redouté tous les écueils. Celui du travestissement d’une biographie “romancée”, installée dans la toute-puissance de l’invention ; celui d’une vie fantasmée, nourrie de mes envies d’y voir ce que je désire, et rien d’autre ; celui du fragment du parcellaire, des “morceaux choisis”, de l’éclatement d’une existence réduite à quelques choix forcément arbitraires. Celui de la complaisance, du mausolée de marbre blanc et des roses éternelles ; celui du miroir ou je vais chercher mon double, une image fusionnelle, un reflet que je réduirai, de toutes mes forces, à mon champ de vision et à mon histoire.
Gaëlle Josse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.