L’amour des livres

Car l’évidence des études, l’amour des livres et l’envie de lire ne sont pas des dispositions universellement distribuées, mais au contraire étroitement corrélées avec les conditions sociales et le milieu d’appartenance. Didier Eribon

Les livres crient

Parce qu’elle avait passé sa vie dans les livres, elle ne se forgeait plus d’illusions sur eux, elle savait que les livres mentent, crient, se contredisent ; ils ont la bouche sale, les livres, ils ont trop mangé, trop vomi, trop mâché, trop régurgité, trop baisé, trop étreint. Quand elle entrouvrait un volume, elle en trouvait […]