Une femme abandonnée

Je n’aimais pas les pages trop refermées, telles des persiennes toutes baissées. J’aimais la lumière, l’air entre les lattes. Je voulais écrire des histoires pleines de courants d’air, de rayons filtrés où danse la poussière.

Elena Ferrante

6 commentaires sur “Une femme abandonnée

Laisser un commentaire