Sa mémoire

La maison – probablement intacte – mais non pas
sa voix, disparue, qui flotte vers des
confins de mémoire. C’est ce qui persiste de quelqu’un,
pour quelque temps : le souvenir d’une inflexion,
des mots prononcés sans propos particulier, et qui demeurent
– « il a dit », « je l’ai entendu dire », etc…tant que
dure une relation avec son image. Rien de profond,
puisque rien n’est profond – sinon notre ignorance
sur ce que nous savons ou non des autres. C’est que
je ne peux plus interroger sa mémoire : quel hasard
l’a fixée à mon destin pour qu’elle m’habite , maintenant,
recoin intrus de moi-même ? Cependant – elle se borne
à accentuer ma solitude. Et celle-ci vient de loin,
sans secret, me rappelant qu’il est inutile
de continuer à questionner : contente-toi d’un destin.
– il te survivra, plus réel
que tu ne le seras jamais.

Nuno Judice

Laisser un commentaire