Mots malmenés

En parlant du langage utilisé au sein de l’entreprise :
Cette langue obéit à cinq règles de base :
L’entreprise fait compliqué quand on peut faire simple. Elle utilise « initialiser » à la place de commencer, verbe qui fait beaucoup trop trivial, « finaliser» au lieu du très ordinaire finir, et « positionner » pour le terre-à-terre placer.
Elle choisit son vocabulaire de façon à se donner plus d’importance qu’elle n’en a réellement. « Coordonner », « optimiser », sont plus porteurs qu’« exécuter ». Mais c’est « décider » qui trône au panthéon des verbes, d’une courte tête devant « piloter » ou « chapeauter ». Elle ne lésine pas sur les mots en « ence » : pertinence, compétence, expérience, efficience, cohérence, excellence, tous ces mots donnent en apparence de l’importance.
Elle considère la grammaire comme une vieillerie obsolète. Elle abuse des circonlocutions, boursoufle la syntaxe, se revêt de toute une quincaillerie de termes techniques et administratifs, et malmène les mots. Car elle sait dévoyer le français avec maestria : l’entreprise aime les barbarismes. Par exemple, « décliner » n’est pas employé dans son sens usuel; quand on décline un logo, un message, une valeur, cela ne signifie pas qu’on les abaisse, mais qu’ils sont adoptés par d’autres instances, situées en dessous. De même, le très usité « solutionner », qui remplace sans coup férir résoudre, est d’autant moins français qu’il donne une vraie prestance de cadre.
Corinne Maier

Laisser un commentaire