Les mots

Le papier était la vraie maison des mots. Sitôt couchés sur lui, ils cessaient de s’agiter, ils fermaient les yeux, ils s’abandonnaient, comme un enfant à qui ont raconte une histoire.
Erik Orsenna

Laisser un commentaire