La pudeur

Nous nous regardions souvent mais jamais franchement, toujours de biais. Dès que je sentais ses yeux posés sur moi, je détournais les miens et inversement. Il n’y avait rien d’hypocrite, c’était un jeu entre sa et la mienne. Je me sentais heureuse et je savais qu’il l’était aussi. C’était un sentiment subtil mais fort et qui augmenta au fil des heures.
Anne Wiazemsky

Laisser un commentaire