Les pistes du langage

C’est plus près de la peau que la phrase commence
C’est sur le derme doux de termes riches et rares
Que s’accrochent les verbes rayonnants et soyeux
Pourquoi chercher ailleurs les pistes du langage
C’est plus près de la main que parle la conscience
Caressant le matin de sa paume lucide
Elle s’empare d’une ombre à l’ombre trop gracile
Du fourreau des nuages
Des tisons des rivières
Du manteau de nos rêves.
 
Emmanuelle Imhauser

Laisser un commentaire