Jeune fille endormie

Le vent d’été de sa fraîcheur caresse

Une jeune fille alanguie, profondément endormie ?

Un peigne de bambou retient sa chevelure

Le corsage défait découvre deux seins purs

Collines de tendresse aux parfums retenus

Source de féerie aux promesses mutines

Le galant cavalier hésite à la quitter

Déchiré entre l’inassouvi et l’inachevé

Poème de Hô Xuân Huong

Laisser un commentaire