Une couche de vérité

Les écrivains commencent tous par une couche de vérité, pas vrai ? Si tel n’était pas le cas, leurs romans ne seraient rien d’autre que de la barbe à papa, un goût éphémère donné à une substance aussi peu consistante que l’air.
Jodi Picoult

Laisser un commentaire