Un monde parallèle

« Votre fils ne marchera plus », voilà ce qu’ils ont dit à mes parents.

Alors j’ai découvert de l’intérieur un monde parallèle,

Un monde où les gens te regardent avec gêne ou avec compassion,

Un monde où être autonome devient un objectif irréel,

Un monde qui existait sans que j’y fasse vraiment attention.

Ce monde-là vit à son propre rythme et n’a pas les mêmes préoccupations,

Les soucis ont une autre échelle et un moment banal peut être une très bonne occupation,

Ce monde-là respire le même air mais pas tout le temps avec la même facilité,

Il porte un nom qui fait peur ou qui dérange : les handicapés.

On met du temps à accepter ce mot, c’est lui qui finit par s’imposer,

La langue française a choisi ce terme, moi j’ai rien d’autre à proposer,

Rappelle-toi juste que c’est pas une insulte, on avance tous sur le même chemin,

Et tout le monde crie bien fort qu’un handicapé est d’abord un être humain.

 

Grand Corps Malade (Fabien Marsaud)

 

2 commentaires sur “Un monde parallèle

Laisser un commentaire