L’écriture

L’écriture ne peut rien. Tout au plus permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire.

 Delphine de Vigan

4 commentaires sur “L’écriture

  1. Peut-on ne pas être d’accord avec Delphine ?
    L’écriture en activant notre mémoire, permet de fragiliser le « cablage » interne de nos petites cellules grises, comme dirait mon ami Hercule Poirot. Et cela peut changer notre perception de ce même passé. Or l’important n’est pas le réel, le vécu mais la perception que nous en avons, et ce que nous en ferons. Cela est d’ailleurs à la base de plusieurs thérapies. Nous utilisons un processus qui s’appelle « reconstruction d’histoire de vie » en PNL et en hypnose pour atteindre cet objectif.
    J’utilise moi-même l’effet cathartique de l’écriture, sur moi-même avec des résultats étonnant.
    Si écrire ne répond pas aux questions que l’écriture pose, au moins elle change la perception de la réalité passée.
    Or comme l’affirme Victor Frankel avec sa logothérapie : « Lorsque nous recevons un stimulus extérieur, nous avons toujours la liberté de choix ». (D’après ses écrits)
    Pour se redonner cette liberté de choix l’écriture peut-être une excellente solution de départ.
    Merci pour vos partages quotidiens qui permettent de se réveiller en forme. 🙂
    Pierre

  2. « Écrire, c’est comme dessiner : c’est tracer des contours nets, refuser le vague à l’âme, jeter un rai pénétrant de lumière dans l’ombre des profondeurs, dans ces zones de la vie intérieure où s’agitent les démons de l’obscur et de l’indéterminé; c’est écarter un instant ces démons, conquérir sur eux au moins un répit, le temps de se ressaisir et de faire son métier d’homme. »
    Goethe

  3. L’écriture permet de dire … mettre des mots sur les cris du corps (référence à ton dernier billet) (je me permets de te tutoyer. Je suis sur Internet depuis 1998 et on se tutoyais tous à la base! 🙂 Mais je peux m’adapter !) Bref, l’écriture permet de mettre des mots sur les cris du corps et du coeur … de mettre en mot nos émotions, nos perceptions … trop de mot parfois sont coincés dans les tréfonds des méandres de nos coeurs. Ecrire c’est mettre le son … et c’est en même temps donner de la lumière. Et c’est comme une cave. Tant qu’on a pas allumé, nous voyons vaguement des formes bizarres à la lueur de la toute petite fenêtre. Si on allume une lampe qui éclaire en 1 seconde toute notre cave, on se retrouve souvent devant une montagne de choses diverses et variées à trier, à ranger, etc.

    On passe de trop d’ombre à trop de lumière …

    Écrire permet de dire les mots l’un après l’autre, de s’occuper d’une étagère à la fois, dans la cave de nos coeurs. Entre l’aménagement et le rangement de deux étagères, (les deux mots différents sont voulus) nous avons la liberté d’aller faire un tour au jardin ou à la cuisine! 🙂

    Nous pouvons alors rangé encore quelques étagères de la cave de nos coeurs ! 🙂

Laisser un commentaire