S’aimer

J’ai longtemps pensé dans ma jeunesse que s’aimer, c’était fusionner. Et pas seulement dans la brève et banale union des corps, ni même dans un orgasme mystique. Je ne le pense plus. Il me semble aujourd’hui qu’aimer, c’est rester deux, jusqu’au déchirement.
Benoîte Groult

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.