Désir infini

Il y a des gestes, des regards, des paroles qui ne trompent pas chez une femme devenue vieille. Une langueur, une douceur, une mollesse qui prouvent que ces femmes ont été aimées et bien aimées. Oh ! pas autant qu’elles l’auraient désiré. Tout l’amour que l’on peut nous donner n’est rien en comparaison de celui auquel nous aspirons. Notre corps est vaste comme la mer. Notre désir infini comme le ciel.

Régine Deforges

Un commentaire sur “Désir infini

Laisser un commentaire