La rue

C’est comme si la rue n’allait jamais se calmer. Le défilé des gens me fait penser à celui des gouttes d’eau sur la vitre des trains. Il pleut des humains dans cette ville : une averse continue, drue, sans éclaircie.
Éric Pessan

Un commentaire sur “La rue

Laisser un commentaire