La passion

La passion n’est qu’une chimère créée par les écrivains. Pourquoi rêverais-je de liberté si elle n’est pas le chemin de l’amour ? Puisque l’amour n’existe pas, j’accepte de me faire prisonnière de la vie.
Shan Sa

Croire au hasard

Il faut bien croire au hasard, parce que souvent c’est la seule chose qui peut expliquer ce qui nous arrive. On croit avoir un certain contrôle sur sa vie puis, soudain, tout bascule, tout est chambardé, à cause d’une rencontre fortuite ou d’une simple conversation. Dans certains cas, on peut même appeler ça le destin tellement le changement provoqué est important et profond.
Michel Tremblay

Você É Linda – Caetano Veloso, Gilberto Gil, Ivete Sangalo

https://youtu.be/7QWzShM3fbo

Je suis venu te dire que je m’en vais – Caetano Veloso et Jane Birkin

https://youtu.be/QPeraEYpihA

La rêverie

Ce que j’aime dans l’écriture, c’est plutôt la rêverie qui la précède. L’écriture en soi, non, ce n’est pas très agréable. Il faut matérialiser la rêverie sur la page, donc sortir de la rêverie. Parfois, je me demande comment font les autres ? Comment font ces auteurs qui, comme Flaubert le faisait au XIXe siècle, écrivent et réécrivent, refondent, reconstruisent, condensent à partir du premier jet dont il ne reste finalement rien ou presque rien dans la version finale du livre ? Ça me semble assez effrayant. Personnellement, je me contente d’apporter des corrections sur un premier jet, qui ressemble à un dessin qui aurait été fait d’un seul trait. Ces corrections sont à la fois nombreuses et légères, comme une accumulation d’actes de microchirurgie. Oui, il faut trancher dans le vif comme le chirurgien, être assez froid vis-à-vis de son propre texte pour le corriger, supprimer, alléger. Il suffit parfois de rayer deux ou trois mots sur une page pour que tout change. Mais tout ça, c’est la cuisine de l’écrivain, c’est assez ennuyeux pour les autres.

Patrick Modiano