Le langage essentiel

Le langage essentiel du poème, du morceau de musique, du tableau et de la sculpture est le langage de la survie.
George Steiner

Se souvenir

Se souvenir, c’ est aussi inventer. La mémoire est l’art magique de la composition.

Hélène Grimaud

Les points de suspension

Si les points de suspension pouvaient parler, ils pourraient en dire des choses et des choses !
Pierre Dac

Le secret

Des gens vous promettent le secret, et ils le révèlent eux-mêmes, et à leur insu; ils ne remuent pas les lèvres, et on les entend; on lit sur leur front et dans leurs yeux, on voit au travers de leur poitrine, ils sont transparents.

Jean de La Bruyère

Il faut de l’amour

Il faut de l’amour, il faut le frôlement des peaux et l’échange des fluides, pour vivre. Il faut s’engouffrer dans le désir de l’autre pour s’aimer soi-même un peu. Il faut pouvoir se perdre dans d’insondables regards pour exister ailleurs que dans sa peau.
Bruno Descamps

Le doute

J’ai remarqué que plus on est envahi par le doute, plus on s’attache à une fausse lucidité d’esprit avec l’espoir d’éclaircir par le raisonnement ce que le sentiment a rendu trouble et obscur.
Alberto Moravia

Dormir ensemble

Dormir ensemble, c’est autre chose. Savoir, avoir, à portée de la main. cet autre corps. cette présence. Partager sa nuit. S’il y a un moment de non-solitude, c’est celui-là. Dormir ensemble. Dans la présence, l’odeur et la chaleur rassurantes de l’autre. Dormir ensemble transforme la nuit de peur en nuit radieuse. Dormir ensemble illumine le jour.
Hervé Brunetière

Le sommeil

Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : Je m’endors. Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles Quint. Cette croyance survivait pendant quelques secondes à mon réveil ; elle ne choquait pas ma raison mais pesait comme des écailles sur mes yeux et les empêchait de se rendre compte que le bougeoir n’était plus allumé.
Marcel Proust (Du côté de chez Swann)