La tristesse des clowns

Avec l’ami Pablo (Picasso), nous méditions sur la tristesse et la tragédie des clowns, quand s’éteignent les derniers rires et qu’ils se démaquillent, seuls dans leur loge. Ce monde, je le peignais à la hâte, comme pour le préserver, le sauver de je ne sais de quel naufrage, quel désastre. J’adorais le music-hall, les fêtes foraines, les manèges et les rêves d’enfance.

François Bott

Laisser un commentaire