Aller jusqu’au bout

C’est beaucoup de travail, l’écriture. J’ai toujours peur d’écrire pour écrire, que la chose à dire s’efface sous la facilité. Faire simplement un livre de plus ne m’intéresse pas. Dans ce cas, il vaut mieux s’arrêter d’écrire. André Breton disait avec sa grandiloquence habituelle :”Quand on n’a plus rien à dire, je veux qu’on se taise!” Je le pense aussi. Il faut que ce soit toujours un événement de faire un livre, d’aller jusqu’au bout d’un livre.

Annie Ernaux

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.