Brumes de l’inconnaissance

A mesure que vous approchez de la vérité, votre solitude augmente. Le bâtiment est splendide, mais désert. Parfois vous vous mettrez à pleurer, tant la netteté de la vision est cruelle. Vous aimeriez retourner en arrière, dans les brumes de l’inconnaissance ; mais au fond vous savez qu’il est déjà trop tard.
Michel Houellebecq 

Un commentaire sur “Brumes de l’inconnaissance

Laisser un commentaire