Le Buveur d’absinthe

Baudelaire est niché dans un recoin du cerveau de Manet et tient quelquefois son pinceau. Du « Vin des chiffonniers » de l’ami fardé, il tire son « buveur d’absinthe »
De sa déchéance naît le tableau de la misère répulsive d’une bohème qu’il aime et redoute à la fois.
Sophie Chauveau

Laisser un commentaire