L’alibi de la phrase

Comme l’équation, la phrase ne représente rien d’autre qu’elle-même, c’est-à-dire que l’esprit qui l’a conçue, et si elle fait semblant de parler du monde extérieur, c’est seulement un alibi qu’elle se donne, car elle ne peut parler que d’elle-même, de sa structure, de son mouvement propre, de sa propre tension, qui sont tension, structure et mouvement de l’esprit.
Alain Robbe-Grillet

Un commentaire sur “L’alibi de la phrase

Laisser un commentaire