Le repaire des âmes

Le repaire des âmes. C’est ainsi que les égyptiens désignaient cette conscience collective. C’est une notion que l’on retrouve depuis les temps les plus reculés dans presque toutes les religions.

Gilles Legardinier

L’amour en réciprocité

L’amour en réciprocité est un creuset où le meilleur de chacun devient un soleil intérieur.

Jacques Salomé

La morphopsychologie

D’une certaine façon, tout le monde utilise en partie seulement la morphopsychologie « à l’insu de son plein gré », c’est-à-dire sans le savoir et sans le vouloir, puisqu’il s’agit d’une caractérologie naturelle et universelle. Dès que vous regardez le visage de quelqu’un, vous percevez quelque chose et vous avez une impression. Malheureusement, cette première impression est immédiatement transformée en jugement […] et vous fait sortir de la morphopsychologie.

Patrice Ras

Le réaliste

Le réaliste, s’il est un artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même. Raconter tout serait impossible, car il faudrait alors un volume au moins par journée, pour énumérer les multitudes d’incidents qui emplissent notre existence. Un choix s’impose donc, – ce qui est une première atteinte à la théorie de toute la vérité. La vie, en outre, est composée des choses les plus différentes, les plus imprévues, les plus contraires, les plus disparates ; elle est brutale, sans suite, sans chaîne, pleine de catastrophes inexplicables, illogiques et contradictoires qui doivent être classées au chapitre faits divers. Voilà pourquoi l’artiste, ayant choisi son thème, ne prendra dans cette vie encombrée de hasards et de futilités que les détails caractéristiques utiles à son sujet, et il rejettera tout le reste, tout l’à-côté.

Maupassant

La nuit nous trompe

Allons, c’est la nuit. La nuit déforme nos pensées, ce sont les grimaces de l’obscurité, des ténèbres, de l’insomnie, qui nous rendent abêtis de soucis, d’angoisses et de tourments, qu’exagère notre nature. Nous ne sommes pas nyctalopes, nous redoutons le noir, l’absence ou le mensonge des formes, la menace des ombres. La nuit défigure et nous trompe. La nuit on voit tout en noir.

Anne-Marie Garat

L’imperfection

Je n’aime pas la symétrie. J’aime l’imperfection. Mes cercles ne sont jamais tout à fait ronds. C’est un choix, la perfection est froide. L’imperfection donne la vie, j’aime la vie.

Niki de Saint Phalle

Les limites

Nous avons besoin de limites pour essayer de résister aux tentations.
Yasmina Khadra

L’affluensemence

Je sais,

sous ta chemise,

tes épaules de terre,

les méridiens d’amour,

lignes de force

de ton dos,

ce qui,

sous mes deux mains,

fait corps avec mes ondes

et j’attends, impatiente,

l’heure de ton torse nu.

L’affluensemence de l’amour

dans le sein du langage

clarifie la phrase

et ouvre la syntaxe à d’autres temps.

Mon frémissant,

nous marcherons ensemble jusqu’à

la rive étrange,

la clarté des regards offensant la lumière.

L’enluminure de nos corps enlacés

ornera le premier mot

de l’autre livre.

Chantal Dupuy-Dunier